Madère : l' île aux fleurs

et du printemps éternel ...


J 5 : le 28 février

 

Localisation des lieux caractéristiques découverts ce jour,

et évoqués sur cette page :

 

1 - Posto Florestal de Fanal .

2 - Ribeira da Janela .

3 - Ponta Delgada .

4 - Santana .

5 - Porto da Cruz

6 - Madalena do Mar .



 

Plus nous progressions dans cette semaine de vacances et moins la météo semblait se montrer clémente ...

Nous regagnions néanmoins une fois encore, le haut plateau de Paul da Serra, et le traversions afin de rejoindre la côte Nord de l' île .

 

1 - Posto Florestal de Fanal

 

Avant de rejoindre la côte, nous faisions étape au Posto Florestal de Fanal . Il nous avait été recommandé par notre hôte Lisette,

l' avions préalablement cherché sans ne jamais parvenir à le trouver . C' est aujourd' hui au hasard de la route que nous parvenions

à le débusquer .

 


 

L' endroit est principalement réputé pour son étonnante forêt de lauriers fétides noueux . Ils confèrent aux lieux une ambiance de forêt enchantée d' où l' on peut aisémént imaginer voir surgir elfes, trolls et autres personnages issus des contes et légendes, et autres récits fantastiques .

 

 

Gravissant un chemin herbeux, nous atteignions un balcon panoramique d' où l' on devinait, dissimulé sous des bancs d' un épais brouillard, un point de vue assez spectaculaire .

 

 

La brume avait désormais enveloppé chacun des spécimens de cette "forêt enchantée", renforçant plus encore, l' atmosphère

primitive et mystérieuse des lieux . Nous replongions avec délice au milieu de ces improbables végétaux, y savourant cette

ambiance fantomatique, parfois proche du dantesque .

 


 

Les lauriers fétides nous envoûtaient, semblant se "distortionner" dans des poses torturées afin d' aguicher l' objectif de nos APN . Photogéniques, ils ont fait l' objet de ces très nombreux clichés ...

 

 

Encore un peu plus d' images de ces insolites arbres couverts de mousse avec des branches d' où pendent des usnées barbues ?

 

2 - Ribeira da Janela

 

Nous regagnions la côte côté Nord, à hauteur de Ribeira da Janela, non loin de Porto Moniz où nous l' avions quittée la dernière fois . Dans les jardins en gradin, particulièrement caractéristiques de l' île, les habitants s' affairaient .

 


 

Ribeira da Janela  bénéficie d' un environnement champêtre ; on y cultive pommes de terre, patates douces et  raisin . Côté maritime, la commune offre une des plus belles vues de cette partie Nord  de l’ île .

 


3 - Ponta Delgada

 

La route longeant au plus près la côte semble désormais définitivement fermée ; aussi très souvent traversions-nous de longs tunnels qui interdisait toute vue vers l' océan . Globalement, cette partie Nord de la côte nous est apparue moins attractive que celle du Sud ... Elle ne nous inspirait pas à nous arrêter d' autant que désormais, il pleuvait .

 

 

Ponta Delgada  offre de beaux paysages partagés entre mer et montagne . Au-delà, la route grimpe à nouveau, s' enfonçant un peu plus dans les terres ; elle réserve de beaux paysages propres à Madère, et quelques belles vues panoramiques sur l' océan .

 


4 - Santana

 

Alors que la pluie redoublait, nous parvenions à Santana, une des communes les plus emblématiques de l' île . Dommage, nous envisagions randonner au départ de celle-ci d' où partent certains des plus beaux sentiers de levadas ... Il nous faudrait du coup,

y revenir !

 


 

Santana  a su conserver d’authentiques habitations madériennes : les Casinhas de Colmo, maisonnettes triangulaires de pierre, couvertes de couleurs vives et de toits de paille . Regroupées aujourd' hui dans un parc très élégamment fleuri, elles attirent de nombreux touristes .

 

 

A l' Est de la ville, un téléphérique permet d' atteindre un front de mer situé au pied de la falaise . Nous nous sommes contentés

de nous rendre à son point de départ, les caprices de la météo ne nous inspirant pas spécialement la promenade .

 


5 - Porto da Cruz

 

Nous éloignant encore un peu plus vers l' Est, nous parvenions à Porto da Cruz . Malgré la construction de structures balnéaires (piscines naturelles, restaurants, plage de sable noir), le charmant petit village a su conserver simplicité et authenticité .

 

 

La zone du littoral a été aménagée de belle manière, elle permet une agréable promenade avec de belles vues ouvrant sur la côte déchiquetée et l' océan . Au loin, la forme singulière des falaises n' est pas sans rappeler celles d' Etretat .

 

 

Nous nous enfonçions à nouveau vers le centre de l' île, empruntant la route menant au balcon de Ribeiro Frio, un des points de vue les plus connus de Madère . Une plateforme panoramique que l' on atteint en quelques minutes à peine d' une promenade facile,

y a été aménagée . On y bénéficie parait-il d' une superbe vue sur quelques-uns des plus hauts sommets du massif central (Areiro,

Pico das Torres, Pico do Gato, Pico Ruivo ...) . Pour l' heure, d' épais nuages ne permettait pas de distinguer quoi que ce soit situé à plus de 100 mètres ... Nous ne nous y sommes donc pas aventurés .

 

La route que nous dégringolions désormais débouchait dans le centre de Funchal, chef-lieu de l' île . Il y régnait une ambiance de type "sortie de bureau" qui ne nous a pas spécialement inspirés l' envie d' y faire étape .

Nous décidions de reporter cette visite et celle d' un de ses jardins botaniques à Dimanche, jour de notre départ ... Le dimanche, ce devait, à n' en pas douter, être beaucoup plus tranquille ! 


 

6 - Madalena do Mar

Nous filions désormais sur la voie rapide qui borde le sud de l' île .

Nous y enchaînions les franchissements des viaducs et les traversées des tunnels la caractérisant . Nous avions ce jour parcouru pas mal

de kilomètres dans l' habitacle de notre voiture ; dès lors, nous exprimions l' envie de prendre l' air et de nous dégourdir un peu les jambes ... Aussi, stoppions-nous à Madela do Mar, un petit village de pêcheurs où, une bien agréable promenade a été aménagée . Inspirant un vivifiant air marin, nous y avons longé une vaste plage de galets s' étalant au pied d' une imposante falaise . Dès lors, parfaitement ré oxygénés, nous pouvions regagner notre douillet lieu d' hébergement .

 


< Page précédente         Accueil     Page 1     Page 2     Page 3     Page 4     Page 5     Page 6       Page suivante >