Madère : l' île aux fleurs

et du printemps éternel ...


J - 3 : le 26 février

 



Localisation des lieux caractéristiques découverts ce jour,

et évoqués sur cette page :

 

1 - Rando des 25 sources et Cascade de Risco .

2 - Rando de Ribeira Grande .



1 - 25 sources et Cascade de Risco

 

 

Ce matin, nous reprenions par une route située un peu plus à l' Est, la direction du plateau de Paul da Serra .

Nous traversions une belle forêt d' eucalyptus, et y stationnions . Nous avions prévu ce jour, effectuer la très populaire randonnée menant vers les 25 sources .

Plutôt que de se garer au parking de Rabaçal, nous avons préféré utiliser une variante évitant la longue, raide et inintéressante marche d' approche sur route, qu' il est également possible de remplacer en empruntant une navette payante (relativement onéreuse) .

 

Le point de départ de cette très judicieuse variante est détaillé dans notre petit guide des randonnées à effectuer

à Madère (voir page 1) .

 


 

La balade débute sur un chemin de forêt avant de se poursuivre au-dessus d'  une large vallée débouchant sur l' océan .

 

 

Nous parvenions alors à l' entrée du tunnel des Cavaliers que nous empruntions . Long de 800 mètres, mieux vaut-il être équipé de lampes torches ou de frontales pour s' y engager !

 

 

Les voici ces fameuses levadas, ces fameux canaux d' irrigation parcourant une grande partie de l' île . Les chemins créés pour en assurer l' entretien constituent un incroyable réseau de sentiers de randonnée où il est particulièrement plaisant évoluer .

Par endroits, entourant les levadas, l' abondance d' arbres, de lauriers  et de bruyère semble former un tunnel végétal, offrant de fascinants décors conférant à la balade, une ambiance vraiment particulière .

 

 

D' abord large et confortable, le chemin se fait plus étroit ... il devient alors difficile de s' y croiser, d' autant que bien souvent, nous avions affaire à des groupes entiers que les autocars avaient préalablement débarqués .

 

 

Après 5,8 km d' agréable promenade sans dénivelé vraiment significative, nous débouchions dans un cirque rocheux avec une paroi verticale couverte de fougères vertes sur laquelle ruissèle 25 sources .

 

 

L' espace d' une pause alimentaire, nous allions ainsi goûté à ce joli spectacle, savourant simplement l' instant .

 


 

Puis nous faisions demi-tour, bifurquant dans une boucle de 3,4 km,  vers la Cascade de Risco ; une promenade aisée le long de la Levada do Risco que l' on suit à contre-courant .

 

 

Au fond d' un cirque, nous découvrions la "cascade dangereuse" dévalant depuis le Lagoa do Vento, d' une hauteur de 100 mètres, une paroi lisse .

 


 

Nous effectuions le retour vers notre lieu de stationnement dans cette même atmosphère singulière, traversions à nouveau le long tunnel des Cavaliers, débouchions dans la large vallée dégagée, nous engagions sous la forêt d' eucalyptus ... Nous avions accompli

15 km sans vraiment qu' il n' y paraisse .

 


2 - Ribeira Grande

 

Puis nous atteignions le parking de Rabaçal où stationnent alignées, de très nombreuses voitures de location . Il est le point de départ principal des balades vers les 25 fontaines et la cascade de Risco  précédemment parcourues .  Le tableau descriptif implanté sur le parking ne mentionne d' ailleurs, que ces deux seules randonnées, alors que personnellement, nous envisagions celle menant à la vallée de la Ribeira Grande ; c' est une fois encore notre guide de randonnée (Rother) qui nous a précisé le lieu de départ exact de cette promenade . 

Très rapidement, on atteint un confortable chemin longeant une large levada  bordée de bruyère, que l' on suit à contre-courant ;

y évoluent par ailleurs, de très nombreuses truites ...


 

Puis nous gravissions un escalier assez raide . A cet endroit, particulièrement caractéristique de cet itinéraire, la levada

dévale alors la pente avec fracas .

 


 

Au bout de ce parcours, on atteignait un endroit pittoresque constitué par le lit d' un ruisseau rempli de rochers polis .

 

 

L' endroit inspire détente et repos . Aux heures les plus chaudes, il doit agréable y faire trempette, d' autant qu' à contrario des

25 sources, il ne semble pas être sur-fréquenté . Pour l' heure, la brume se faisait de plus en plus épaisse , elle enveloppait désormais

les lieux leur conférant une ambiance plus surréaliste encore !

 

 

Le retour s' est effectué par le même chemin qu' emprunté à l' aller... Nous avions parcouru ce jour, plus de 25 km à pieds !

 


J - 4 : le 27 février

 


Localisation des lieux caractéristiques découverts ce jour,

et évoqués sur cette page :

 

1 - Rando vers le Pinàculo et Bica di Cana .

2 - Fajas dos Padres .

3 - Camara de Lobos .

4 - Belvédère de Aiera do Serrado .







1 - Pinàculo et Bica di Cana

 

 

Ce matin encore nous prenions la direction du plateau de Paul da Serra, nous décalant cependant progressivement vers l' Est .

Nous avions une fois encore, inscrit la randonnée au programme de cette journée où nous ambitionnions effectuer une boucle passant par le Pinàculo et Bica di Cana . Le point de départ de la balade se situe sur un minuscule petit parking bordant la ER 110 .

 

 

La balade débute en descente à travers genêts, fougères et bruyères . Jusqu' à rejoindre le PR17, elle n' est pas spécialement balisée ; notre guide papier nous a particulièrement aidé à nous orienter .

 

 

Dans une ambiance très humide, et épousant le relief, le chemin s' étire alors sur un plan horizontal . On longe sur la droite, une paroi rocheuse d' où perlent des gouttelettes, gargouillent des ruisselets ...

 


 

Puis on longe la levada da Serra  alimentée par de nombreuses petites cascades . L' itinéraire se fait plus spectaculaire encore,

dés lors qu' on évolue entre paroi et versant, sur une corniche abondamment arrosée par de successives cascades s' abattant

avec fracas dans la levada  et sur nos têtes .

 


 

Dans une version miniature de son grand frère brésilien, le Pinàculo est souvent comparé au fameux pain de sucre dominant la baie de Rio de Janeiro . Il constitue le but de cette très agréable promenade ... Nous n' en étions dès lors, plus très éloignés .

 

 

Les pieds du "pain de sucre" ont été aménagés, on y trouve des bancs en pierre pour s' y reposer ; on y bénéficie d' une belle vue sur le massif central ainsi que la Bica di Cana, encombrés cependant par d' épais nuages .

 

 

Le chemin de retour n' est pas repéré, il monte en pente raide vers la plateforme panoramique de Bica di Cana .

 


 

Une large piste empierrée ramène ensuite,  en quelques minutes à peine, au refuge de Casa de Abrigo  puis au parking bordant

l' ER 110 .

 

Sur la route du Parque Natural da Madeira

 

Sinueuse, empruntant de nombreux tunnels, la route panoramique que nous empruntions alors, offrait de réelles somptueuses vues

sur le massif central de Madère . Elle donnait accès à de nombreux départs de randonnées, où nous nous serions volontiers engagés

si notre séjour sur l' île avait été plus long .

 


 

Accrochés à flanc de montagne, nous traversions quelques villages caractéristiques des paysages rencontrés à Madère .

 

2 - Fajas dos Padres

 

Nous avions rejoint la côte Sud, et envisagions rejoindre Fajas dos Padres, un paisible petit village situé en bas d'une falaise

de 250 mètres de haut . L' endroit est réputé charmant et exceptionnel ; il y poussent grâce à un microclimat, des fruits tropicaux

et des vergers exotiques rares ne pouvant pousser ailleurs sur l' île . Hormis la beauté des fruits, des fleurs et du paysage, il donne

accès à une plage et un bar-restaurant . Ce petit jardin d’ Eden  n’est cependant accessible que par la mer ou par un ascenseur panoramique, hélas fermé jusqu' au 1er Mars ... Qu' à cela ne tienne, nous prévoyions revenir le jour programmé de notre départ,

notre avion ne décollant qu' en toute fin d' après-midi .

 


3 - Camara de Lobos

 

Longeant la côte vers l' Est, nous atteignions le typique et traditionnel village de Camara de Lobos .

Sa pittoresque baie est particulièrement appréciée des artistes peintres, notamment Sir Winston Churchill,

habitué des lieux et l' ayant peinte dans les années 50 .

 

 

Au hasard, nous avons déambulé dans les ruelles du paisible petit village de pêcheurs, s' attardant du côté de son port où reposent des bateaux colorés sur lesquels sèchent du poisson au soleil .

 


 

S' échappant à pied en direction de Funchal, nous accédions à la Praia Formosa, un agréable lieu de promenade et très certainement de baignade dès que le beau temps s' y prête .

 

4 - Belvédère De Aiera do Serrado

 

Nous escaladions à nouveau une tortueuse route s' enfonçant vers le centre de l' île . Alors que l' ombre avait déjà envahi le fond

des vallées, les touristes avaient déserté le belvédère de Aiero do Serrado . Nous gravissions néanmoins les quelques marches

donnant accès à cet extraordinaire plateforme panoramique particulièrement bien aménagée, surplombant  la vallée des religieuses

et le village de Cural das Freras, 450 mètres plus bas, semblant s’être formé dans le cratère d’un immense volcan . De l' autre côté, domine le Pico Grande .

 


 

Déjà le soleil se couchait lorsque nous regagnions à nouveau la côte Sud de l' île ...

Nous empruntions désormais la devenue familière route de retour ramenant à Calheta .

 


 < Page précédente       Accueil     Page 1     Page 2     Page 3     Page 4     Page 5     Page 6       Page suivante >