Charaki


La côte orientale de l' île est protégée des vents qui balayent plus généralement la côte Est ; on y trouve également les plus longues plages de sable ... C' est donc logiquement de ce côté-ci que l' on retrouve les principales villes et villages bordant le littoral ; l' activité touristique a suivi et s' y est essentiellement développée .

Nous nous rendions au village de Charaki, un ancien village de pêcheurs, lové dans une jolie baie . Nous souhaitions y faire une balade longeant la côte, et ainsi repérée dans notre guide ... Nous n' en trouvions cependant pas l' accès ?!



Nous grimpions alors jusqu' à atteindre le château de Féraklos, une imposante forteresse dont il ne reste uniquement que quelques pans de murs . Nous y jouissions en revanche d' un vaste panorama s' étendant vers le Sud, jusqu' à la citadelle de Lindos .



Un peu plus au Nord, dans le village animé d' Archangélos, nous nous rendions dans une autre forteresse . Bâtie sur les restes

d' un château byzantin, son rôle était de protéger les populations en cas d' attaque de pirates . Il n' en demeure que les ruines

de son enceinte enfermant une traditionnelle petite chapelle blanche .



Tsambika

 



Au pied d’un paysage de collines, la longue plage de Tsambika  est une jolie plage de sable fin, encadrée de part et d' autres, de falaises .

Elle semble particulièrement fréquentée par les habitants de l’île et les vacanciers cherchant ici, à fuir le tourisme de masse ...

Personnellement, elle nous a bien plu : elle est très certainement l' une

des plus belles plages de Rhodes !








 

La plage doit son nom au petit monastère qui la domine . Occupant un étroit piton rocheux, environ 300 mètres au-dessus des eaux,

il convient de gravir plus de 300 marches pour l' atteindre ! Depuis sa petite terrasse, une superbe vue viendra récompenser les efforts consentis afin de parvenir jusqu' ici .

 



Nous redégringolions au Nord, vers la moderne station balnéaire de Kolympia .

Un peu en retrait de son agitation (toute relative en ce tout début de saison), nous découvrions un adorable petit port enserré dans une jolie baie, au bout duquel trônait fièrement une pittoresque chapelle au toit bleu .





Nous essayions de longer au nord, la côte au plus près . Elle était ici, bordée de complexes démesurés susceptibles d' accueillir les vacanciers au sein d' une vaste zone touristique semblant désormais devoir s' étendre jusqu' à l' antique cité de Rhodes .

Bof, bof ... Bof !


Dans les environs du barrage de Gadouras


Nous obliquions un peu plus vers l' intérieur des terres ...

Le barrage de Gadouras  avait formé un lac ; nous nous y arrêtions, à proximité d' une traditionnelle chapelle blanche et bleue .


La Vallée des Papillons

La Vallée des Papillons  fait partie des visites incontournables lorsqu' on séjourne

sur l' île de Rhodes ... Seulement voilà, à cette période de l' année, les papillons ne fréquentaient pas encore le vallon boisé le long duquel coule un torrent se répandant en une succession de petites cascades formant par endroits, de petits étangs (généralement observables durant les mois d' été, de Juin à Septembre) .

En ce mois d' Avril, nous avions gratuitement accès à une promenade aménagée longue d' environ 1 kilomètre, s' enfonçant sous les pins et les aliboufiers, et au cours de laquelle nous empruntions successivement, des séries d' escaliers ainsi que de petites passerelles en bois .

En l' absence des millions de papillons quittant les feuillages et les troncs des aliboufiers au cours de la progression sur le sentier grimpant le long du torrent, la balade perdait de son charme (accès payant de Mai à Octobre) .

 

Filerimos

 

Au sommet du Mont Filérimos  (267 m), s' est d' abord construit un fort (période byzantine), avant qu' au XIIIème siècle, les chevaliers de Saint-Jean  y érigérent le monastère Notre-Dame de Filérimos . Les allées cernées de pins d' Alep et de cyprès sont fréquentées par de très nombreux paons ... Cette visite ne nous a pas spécialement emballés non plus !

Coût de la visite : 3€/personne .

 




Suivant la voie pavée du chemin du Calvaire, nous parvenions jusqu' à une imposante croix de béton haute de 18 mètres : la croix de Filerimos, depuis laquelle on bénéficie d' une superbe vue sur la baie d' Ialyssos, le mont Atavyros  (plus haut sommet de l' île), les pistes de l' aéroport ...


Rhodes


Mais Rhodes  est aussi une ville ... Sur ses hauteurs, nous nous rendions au sommet de la colline Haghios Stephanos  sur laquelle

s' étendait le site de l' antique Rhodes hellénistique . Y subsiste quelques vestiges de temples dédiés à Zeus, Athéna  et Apollon .

Détruits par un tremblement de terre, il ont partiellement été restaurés .





En contre-bas, on peut encore y observer un petit Odéon, ainsi qu' un magnifique stade antique aux belles proportions ...


 

Dévalant la colline, nous débouchions au cœur de la jolie cité médiévale cernée d' imposants remparts érigés par les chevaliers de Saint-Jean . Nous errions dans son dédale de ruelles pavées investies par de très nombreuses boutiques de souvenirs et d' artisanat local . A l' architecture gothique, se mêle des mosquées ... elles confèrent à l' ensemble une ambiance assez singulière .

 





 

Cette très belle cité méritait bien de figurer au Patrimoine Mondial de l' Unesco ... Elle y est inscrite depuis 1988 !

 


Dans la partie haute de la ville médiévale, le Palais des Grands Maîtres, véritable forteresse enserrée dans la forteresse, étonne par ses dimensions . Il abrite semble t' il de très belles mosaïques qu' il est tout à fait possible de visiter (nous n' y pénétrions personnellement pas) .





Les remparts s' étendent jusqu' au port du Mandraki, entouré de forts médiévaux, de moulins antiques, de palais vénitiens, de mosquées ...





Au bout de la jetée, se dresse fièrement le fort Saint-Nicolas, chargé de défendre la ville des premiers assauts .

Il est aujourd' hui occupé par un phare .



C' est dans ce port qu' aurait été dressé le fameux Colosse de Rhodes, l' une des 7 merveilles du monde antique : une statue de bronze représentant Hélios, le dieu du soleil,  haute de 33 mètres de haut . Elle aurait enjambé l' entrée du port, dont l' emplacement est désormais repéré par deux colonnes de bronze surmontées l' une d' un cerf (Elafos) et l' autre d' une biche (Elafina), aujourd' hui, les véritables emblêmes de la ville .



 

Le caractère authentique de cette très belle cité médiévale nous avait bien plu ... Aussi  retournions-nous nous y promener un autre jour, ou plutôt, un autre soir, à la lumière de ses lanternes, lorsque les touristes l' avait en grande majorité désertée .

 


Les thermes de Kalithéa


 

Une ultime visite nous menait aux thermes de Kalithéa .

Initialement, s' y écoulait une source désormais tarie, dont les eaux thermales curatives étaient recommandées dans le traitement de

l' arthrite, des maladies du foie et de la vésicule biliaire . Les thermes antiques ont bénéficié d' une très belle restauration, opérée durant, et par le régime fasciste italien (1929) . Elle fut ensuite abandonnée, avant qu' en 2007, ne débute un nouveau plan de rénovation . Dans de beaux jardins dominant la mer, nous avons apprécié l' architecture vraiment particulière de ses beaux pavillons blancs tels la petite et la grande rotonde . Coût de la visite : 2€/personne .

 



Nous pouvions y observer de superbes mosaïques, la salle de la Rotonde  où jadis jaillissaient les eaux thermales, l’ Atrium ...

Hormis les touristes qui viennent désormais les visiter, les thermes de Kalithéa  accueillent également, diverses manifestations

culturelles de qualité .



Jour de départ

 

Nous ne quittions ce jour là, l' île de Rhodes  qu' en début de soirée . Associé à notre arrivée matinale, une semaine auparavant,

nous avions finalement gagné une journée entière sur la durée totale qu' était prévu durer notre séjour .

Nous atteignions l' aéroport avant que les cars affrétés par Marmara n' y parviennent ... ainsi nous y enregistrions-nous, dans une ambiance vraiment très tranquille .

Déjà le soleil se couchait derrière les terres turques toutes proches, lorsque notre avion se posait sur le tarmac de l' aéroport avant

qu' il n' en redécolle, nous rapatriant ainsi sur Lyon ...

 



Le bilan ...

 

 

L' île de Rhodes  ne nous avait pas réellement surpris ... Nous lui avons préféré la diversité des paysages découverts lors de précédents séjours en Grèce continentale ou encore en Crête . Le temps d' une semaine, nous y avions néanmoins passé un agréable séjour .

Les températures n' avaient fait qu' augmenter depuis notre arrivée sur l' île ... Globalement, nous y avons bénéficié de très belles conditions climatiques .

 


Le mot de la fin ...


Ce récit vous a plu ?! Merci à vous de l' avoir lu  ...

Pour faire part de vos remarques ou obtenir des informations complémentaires,

merci d' utiliser les rubriques "Commentaires" et/ou "Contact", accessibles en un clic .



Retour au sommaire

Rhodes .



Région du Sud & côte Ouest

---> c' est par là .