Dans le nord de Lanzarote

Localisation des lieux caractéristiques évoqués sur cette page .



1 - Ermita de las Nieves


Les falaises de Famara, avec ses impressionnantes parois verticales, sont la principale chaîne de montagnes de Lanzarote .

Elles s' étendent en façade Atlantique  au Nord de Teguise  et sont l'un des meilleurs "spots" de l' 'île pour pratiquer le parapente

et le deltaplane, permettant à ses adeptes de doucement atterrir sur la plage de Famara, cette même plage que nous dominions désormais, depuis le belvédère de l' Ermita de las Nieves .



Nous avions rejoint l' ermitage en empruntant au Nord de Teguise, une excellente piste longeant à l' ouest, la route principale menant au Nord de l' île . Très roulante, elle est tout à fait accessible avec n' importe quel autre type de véhicule .



2 - Dans les environs d' Haria

 

Rejoignant la route (LZ10), nous bifurquions à nouveau sur la gauche, bien avant d' atteindre Haria, pour emprunter cette fois une piste nettement moins confortable ... Elle nous a menés vers un joli point de vue depuis le haut des falaises de Famara .



Cette piste, nous allions l' emprunter à deux reprises : une fois dans un sens, et une autre fois dans l' autre, ce qui explique la différence de luminosité constatée sur ces images prises à partir du même endroit .



Haria est à juste titre joliment surnommée "La Vallée des dix mille palmiers" . Sur le sable noir, poussent des espèces tropicales très rares et des figuiers de Barbarie . Les décors sont singuliers, il y règne une atmosphère un peu semblable à celle d' une oasis marocaine (ce sont du moins ce que ces paysages nous ont personnellement inspiré) .



3 - Haria

 

Haria  fait partie de ces villages de Lanzarote  où nous avons pris plaisir à déambuler ...

Il y règne une atmosphère empreinte de sérénité .



Rien ne semble devoir perturber le calme de la jolie petite cité, pas même le marché artisanal qui s' y tient le samedi matin, but de notre seconde visite ici, effectuée l' ultime jour de notre présence sur l' île .



4 - Las Salinas del Rio

 

 


Les Salinas del Rio  sont le but d' une bien belle promenade .

Elle a pour point de départ, le haut des falaises d' El Risco  situées dans la partie

la plus septentrionale de l' île .

Tout au long de celle-ci, on y bénéficie d' un panorama privilégié sur l' île de la Graciosa .



Et la balade débute par un sentier raide parfois équipé de marches faites de pierres, permettant de rejoindre les bords de l' océan ...










 

 

 

 

 


L' île de la Graciosa nous faisait désormais face .

On pouvait y observer un volcan s' élevant au dessus de côtes sans relief et sablonneuses .


Nous évoluions dorénavant sur le plat, nous dirigeant vers les salines

et la Punta de Farlones, l' extrémité Nord de Lanzarote .

 

Nous atteignions enfin las Salinas del Rio ...

Poursuivant encore un peu plus vers le Nord, le long de l' océan, nous allions en effectuer le tour avant de revenir par un itinéraire

un peu plus reculé dans les terres .


 

Ces salines ne sont plus aujourd' hui exploitées . Selon leur profondeur et leur exposition au soleil, les différents "bacs" qui la composent prennent des teintes différentes .



Nous étions désormais proche de la Punta de Farlones ...

Se dressaient face à nous, les deux rochers qui la prolongeait ; tels des points de repères ils nous permettaient de mieux la localiser .



Ces paysages nous ont unanimement évoqué ceux qu' il nous avait été possible d' observer en Écosse, et plus particulièrement dans la région des Highlands ou encore sur l' île de Skye  (situés au Nord-Ouest du pays) ...

La végétation nous a également inspiré celle des tourbières !



Les salines contournées, nous regagnions à nouveau les bords de l' Océan . Nous allions pique-niquer sur une très jolie plage de sable fin bordée d' un paysage composé de petites dunes .

C' est qu' il nous fallait reprendre des forces : Las Salinas del Rio  n' est pas une promenade facile, elle est longue de près de 15 km et se conclut par un dénivelé positif de 440 m concentré dans les deux derniers kilomètres .



5 - Mirador del Rio

 



Il s' agit d'  un édifice de verre et de roche parfaitement intégré sur le flanc

d'un volcan . Il a été conçu par César Manrique  en 1974 et abrite un

restaurant-mirador accessible à la visite .





Un bien bel édifice dont nous avons apprécié les lignes gracieuses, ouvrant sur un panorama assez époustouflant .

Dommage qu' il faille débourser 4,50 € pour en effectuer la visite ... Peut-être un peu excessif ?!



Le Mirador offre du haut de ses falaises abruptes de 479 mètres de haut, une vue panoramique sur l' Océan Atlantique,

La Graciosa, Montaña Clara  et Alegranza, deux autres îlots du Nord de Lanzarote, réserves naturelles intégrales et donc fermées

à la visite (elles composent l'archipel des Chinijos) .



Depuis le sommet de l' Atalaya Grande  où a été construit le Mirador, nous surplombions alors la Punta de Farlones  extrémité septentrionale de l' île où nous randonnions quelques instants auparavant (sur la photo ci-dessous, on y distingue assez nettement les Salinas del Rio, qui avaient été le but de notre précédente balade) .


 

 




Au cours de notre vol retour, nous survolions ce bras de mer d' à peine 1,5 km

séparant les îles de Lanzarote et de La Graciosa...

 

De quoi nous évoquer déjà, de bien fabuleux souvenirs et nourrir l' envie d' un jour

y revenir (nous ne manquerions pas alors, l' occasion de nous rendre sur la belle,

au nom évocateur : "la Gracieuse") !









6 - Montaña Corona, Yé


Le Montaña Corona  est le principal volcan de cette partie Nord de l' île ; il culmine à 611 m d' altitude . Il est à l' origine de la formation du fameux tunnel de l’ Atlantide  (engendrant les curiosités naturelles de la Cueva los Verdes  et Jameos del Agua

évoquées sur cette page) et du vaste champ de lave s’épanchant vers l’ Ouest jusqu’à l’ Océan .

Nous nous garions sur le petit parking attenant à l' église du petit village de   et en entreprenions l' ascension que l' on qualifia de relativement courte et aisée .



Du haut de ces 611 mètres, le volcan Corona  surplombe un cratère égueulé de 400 mètres de profondeur .



Au cours d' une ascension un peu plus scabreuse, nous poursuivions encore jusqu' à découvrir dans la partie Est du volcan, un profond cône secondaire au delà duquel nous ne pouvions plus progresser .



Sur les flancs du Corona, les campesinos (agriculteurs locaux) cultivent au centre de petits murets, la vigne et les figuiers de Barbarie ... ils ont agrémenté notre champ visuel au cours de notre ascension ainsi que la descente jusqu' à rejoindre notre véhicule .



7 - Playa del Caleta Bianco

 

Nous traversions rapidement le petit village de pêcheurs d' Orzolla  d' où les bateaux desservent l' île de Graciosa .

Plus au Sud et sur la côte Est de l' île, la route longeant le littoral traverse de superbes paysages sauvages dévoilant çà et là,

de merveilleuses et désertes plages de sable blanc immaculé .



Ces plages ont de quoi inviter à la détente ...



8 - Cueva los Verdes

 

Il est le principal des tubes volcaniques du champ de lave du volcan de la Corona . Cette grotte de lave a été aménagée pour la visite, avec un sentier bétonné d' un peu plus d' un kilomètre que suivent en troupeau, un nombre très important de touristes accompagnés

d' un guide dispensant des explications tour à tour en espagnol et en anglais .

Bof ! Bof ! L' illusion finale est cependant assez bluffante : on vous conditionne à l' observation d' un profond gouffre, vous recommandant au préalable de ne surtout pas faire usage du flash (qui aurait pour effet de faire échouer tout effet de surprise !) ;

une personne est alors désignée pour lancer un caillou vers le fond du gouffre pour mieux en évaluer sa profondeur ... Plouf ! L' eau de la flaque, profonde de quelques centimètres à peine, se ride et révèle la supercherie : le gouffre n' existe pas, il est suggéré par une parfaite illusion d' optique suscité par un judicieux éclairage .



Ne mérite pas selon nous les 8 € réclamés pour sa visite ... L' aurions volontiers zappée !

 


9 - Jameos del Agua




Les Jameos del Agua appartiennent au même réseau souterrain que la Cueva de los Verdes. Des infiltrations d' eau de mer y ont formé un petit lac salé .

Ils ont également été aménagés par César Manrique  qui y a dessiné un restaurant, une salle de concerts, un bar, une piscine ... dans un décor naturel avec une verdure subtropicale .


La visite se poursuit par celle des Casas de los Volcanes, un centre scientifique international destiné à l' étude de la vulcanologie .









Ne mérite pas selon nous les 8 € réclamés pour sa visite ... L' aurions également volontiers zappée !

 


10 - Le Jardin des Cactus, Guatiza

 

Depuis Punta Mujeres, nous empruntions alors chacune des pistes longeant au plus près la côte nous offrant de nouvelles variétés de paysages . Nous traversions alors Arrieta, Charco del Palo ... jusqu' à atteindre Guatiza  et son renommé Jardin des Cactus .


 

 



Le Jardin des Cactus se situe à la sortie de Guatiza, il est le plus récent des centres

touristiques de Lanzarote . Tout comme ses aînés, il porte l' empreinte de l' artiste local

César Manrique .

Il a été construit selon une forme d' amphithéâtre et est entouré d' épais murs de pierres volcaniques (droit d' entrée : 6 €) .






Pas moins de 1 400 espèces de cactus y sont exposées, des plus ordinaires au plus improbables . Le vieux moulin à vent servait autrefois à moudre le maïs pour le "golfo", un complément de nourriture traditionnel de l' île .



La balade à travers les allées bordées de ces innombrables variétés de cactus nous a semblé bien agréable, et globalement, nous avons eu un réel plaisir à en effectuer la visite .



11 - Los Cocoteros


Et la promenade s' est poursuivie par les pistes ramenant jusque sur le littoral ... Elles nous menaient alors à Los Cocoteros, une petite station balnéaire à taille humaine, dotée d' un croquignolet et minuscule port de pêche et de salines dont l' exploitation semblait avoir pris fin (la Cueva de la Arena) .



Lanzarote tenait ses promesses : elle nous avait jusqu' alors gratifié de paysages prodigieux composés d' une réelle grande diversité ... Décidément, elle n' en finissait pas d' agréablement nous surprendre : indéniablement, elle en possédait les atouts .



Sommaire Lanzarote                    Page 1                  Page 2                  Page 3                  Page 4