Autour de l' Adriatique

("Quartet" pour un Trio) ...

Les Pouilles (Italie) 3/3


Le 20 Juillet

Otranto

 

Aujourd' hui, notre première étape a eu pour cadre Otranto, une jolie petite ville à l' ambiance de station balnéaire, protégée par une puissante enceinte fortifiée .


 

Nous lui avons personnellement trouvé beaucoup moins de charme et d' authenticité que bon nombre de cités médiévales précédemment visitées .

 

 

 

 

 

 

 

A partir d' Otranto, le relief s' élève de plus en plus (enfin !) .

La route en corniche suit une côte désormais harmonieusement dessinée ;

en de rares endroits, elle laisse entrevoir de délicieuses criques où il fait bon

se baigner malgré leur fréquentation un peu trop élevée à notre goût .








 

 

A la basilique de Santa Maria de Leuca, nous atteignions alors l' extrémité méridionale du "talon de la botte", matérialisée par un phare .

 

 

Au delà, nous retrouvions un paysage plat, bordé d' un cordeau de sable rectiligne séparé de la route par d' immenses parkings privés

où nous allions passer la nuit .

 


Le 21 Juillet

Gallipoli

 

Après une baignade matinale, nous reprenions la route ... Nous marquions une halte à Gallipoli  (la "belle ville" en grec !) dont la vieille cité occupe un îlot relié à la ville moderne par un seul et unique petit pont .

 

 

Bah bof ... la ville ne nous a personnellement pas particulièrement séduits !

 

 

Au delà, vers Campomarino, la route longe un cordon de petites dunes protégeant de petites plages de sable et/ou de galets ...

Il a fait particulièrement chaud ce jour là, aussi notre emploi du temps s' est-il principalement articulé autour de la baignade .

Nous avions quitté l' Adriatique, c' est à la Mer Ionienne  que nous goûtions désormais ... c' est aussi là que nous bivouaquions .

 


Le 22 Juillet

 


Jusqu' à rejoindre Taranto, la côte dévoile de réelles jolies plages ; les possibilités d' agréables bivouacs semblent y être nombreuses .

En cette journée de Dimanche, il semblait bien que tous les italiens s' y étaient donnés rendez-vous . Sur de très nombreux kilomètres,

la route était bordée de files ininterrompues de voitures ne respectant aucune règle logique de stationnement .

 

Taranto

 

Le cœur de la vieille ville de Taranto  occupe une île qui sépare deux mers : la Piccolo et la Grande . L' antique cité est laissée dans un état de total abandon . Nous y avons découvert de très nombreux très beaux palais dont les entrées étaient parfois obstruées ; nous y avons découvert de très nombreuses très belles maisons dont les façades étaient toujours tristement délabrées ...

 

 

Le centre historique de la ville semble en être aussi le quartier populaire ... Nous n' étions réellement pas à notre aise lors de notre immersion dans cette partie de la cité, elle revêtait un goût amer de désolation et de tristesse . Ailleurs, nous avions aimé nous aventurer sous des voûtes obscures, suivre de petits escaliers sans savoir où ils allaient nous mener ... Cette fois, la prudence mais aussi la pudeur et une certaine retenue l' ont emporté sur notre curiosité pourtant exacerbée .

 

Matera

 

Nous avions provisoirement quitté la région des Pouilles  pour rejoindre la voisine Basilicate . C' est avant tout la visite de Matera

qui avait motivé cette incursion ... Nous n' allions pas la regretter !


 

Nous y avons découvert un étonnant ensemble d' habitations assez caractéristiques, perchées à flanc de montagne, elle-même truffée

de grottes, de maisons troglodytiques, d' églises rupestres ... Un ensemble constituant les Sassi, un site classé au Patrimoine Mondial

de l' UNESCO .

 

 

Nous avons beaucoup aimé les surprenants décors dévoilés dans cet étonnant univers minéral ; alors que le ciel s' obscurcissait, nous nous contentions de traverser le ravin pour rejoindre la colline opposée . Nous y disposions alors

d' une vue magnifique embrassant la cité toute entière ...

 

Nous nous y offrions par ailleurs, un bivouac assez extraordinaire .



 


Le 23 Juillet

Réveil face à Matera

 

Nous ambitionnions nous réveiller tôt afin de profiter des rayons du soleil illuminant dès les premières heures, la fabuleuse cité encore endormie .

 

Mais ce matin là, le soleil a surtout brillé par son absence ; pire : il tombait désormais quelques gouttes ... Dommage !


 

Castel del Monte

 

Nous ne pouvions décemment pas quitter les Pouilles sans avoir visité son fameux Castel del Monte . Il est le chef-lieu de la Haute-Murge, une région occupant les collines du centre des Pouilles . Cette originale forteresse de pierre blonde, visible à des kilomètres à la ronde est classée au Patrimoine Mondial de l' UNESCO, les fonctions qu' elle a jadis, réellement occupées semblent encore à ce jour incertaines .

 

 

Il était désormais temps de rejoindre Bari ...

La première partie des vacances y prenait fin aujourd' hui ; ce soir, nous devions y embarquer et rejoindre la Grèce  pour un simple

transit avant d' y ré-embarquer pour la Crète .

 

Bari

 

Après Naples, Bari  est la seconde ville de l' Italie méridionale, mais son centre historique est relativement petit ; nous en avons rapidement fait le tour . La vieille cité occupe un promontoire calcaire et est ceinte de murailles ; au hasard d' un dédale de ruelles,

on débouche immanquablement sur quelques édifices monumentaux tels la cathédrale, la basilique Saint-Nicolas, le château ...


 

En soirée nous embarquions pour une traversée nocturne en formule "camping à bord" ... Nous en aimons particulièrement le principe .

Le voyage allait désormais se poursuivre en Grèce ...

 


Les Pouilles ... le Bilan

 

 

A l' exception du Promontoire de Gargano, les paysages découverts  dans cette partie méridionale de l' Italie" ne sont pas parvenus à réellement nous émouvoir . Dommage, car ce sont généralement eux que nous privilégions ; ainsi, influent-ils directement sur notre appréciation globale vis à vis de la destination abordée . Les Pouilles recèlent en revanche quelques très belles curiosités : Monte San Angelo, Giovinazzo, Polignano a Mare, Martina Franca, Alberobello, Ostuni, Matera (dans la région voisine de Basilicate), autant de coups de cœur que nous avons vraiment beaucoup aimés .

Nous n' avons dans l' ensemble que moyennement apprécié les paysages côtiers, mais le fort taux de fréquentation touristique a t' il très certainement altéré ce jugement ! Nous n' avons en revanche croisé qu' un unique camping-car français (hormis à Bari  lors de notre embarquement vers la Grèce) . Il est à noter que les aires de stationnement et/ou de services dédiées aux camping-cars semblent moins nombreuses de ce côté-ci de l' Italie ; il est en revanche relativement aisé y trouver des emplacements où librement bivouaquer .

 

Et nos ennuis mécaniques ?!

A l' issue de cette première partie du circuit, nous n' avions pas eu à nous confronter à des rampes suffisamment significatives capables de nous garantir la fiabilité des réparations effectuées ... Nous n' avions en revanche plus de pompe à eau (Grrr !) .

 

Pour résumer, nous dirions que parmi les nombreuses autres régions d' Italie déjà visitées, celle des Pouilles  n' est pas celle que nous avons préférée  .

 

 

 

Le voyage se poursuit en Crète ... Vous nous y suivez ?!   C' est ici  >

 


<  Page précédente                                              Sommaire                                              Page suivante  >